forum RPG post-apocalyptique
 

Partagez|
MessageSujet: Joel le passeur Ven 30 Déc - 7:39
Joel Miller

JOEL MILLER


Come on baby girl, I'm getting you outta here !


Surnom : Jo
Âge et Lieu de Naissance :  50 ans - Austin, Texas.

Situation familiale : Célibataire.
Orientation sexuelle : Hétéro.

Particularités : écrire ici
Habitudes : écrire ici ○ écrire ici ○ écrire ici

Faction : Sanctuary
Fonction/Métier : Leader du groupe "Sanctuaire". 

Avatar : Hugh Jackman
Credit : @Tom

Inventaire


Armes : 1 glock 9m - 1 machette - quelques bombes à clous
Objets utiles, rares ou inutiles : ruban adhésif - briquet et allumette -

Possession(s) plus personnelle(s) : la médaille de naissance de Sarah -

Véhicule(s) : le vieux pick-up de Frank -


Ange ou Démon ?

Que dire pour n’effrayer personne ?
Joel est un homme au caractère endurci qui n’a jamais courbé l’échine même devant son père. En tant qu’aîné, il se devait de protéger son petit frère et toute sa vie il s’y est consacré. 
Serviable, amical, il donnait sans compter jusqu’à ce qu’on lui arrache le cœur. Sarah décédée, la chanson ne fut plus la même. Dorénavant, il se ferait payer pour être aimable. Advienne que pourra !

Dur, orgueilleux, peu enclin à la confidence, mystérieux et renfermé, il ne s’ouvre qu’avec Ellie qui a su lui parler mais surtout se faire une place dans son cœur. Son cœur, il le croyait perdu à tout jamais mais il se rend compte qu’il lui reste encore pas mal de sentiments et de places pour les autres.

Devenir meilleur dans une vie pourrie c’est une sacrée mission qui l’attend mais Joel a décidé de retrousser ses manches pour ne pas perdre son humanité. Mais ne compter pas sur lui pour qu'il arrête de râler. C'est quand même un peu sa marque de fabrique... Mais attention, ne réveillez pas le loup qui dort en lui sinon il pourrait vite oublier ses résolutions pour vous faire vivre le pire cauchemar de votre vie.

A bon entendeur !

Choses à savoir

La curiosité est un vilain défaut mais on adore ça par ici alors n'hésitez pas à nous révéler quelques petits secrets.
Haec subinde Constantius audiens et quaedam referente Thalassio doctus, quem eum odisse iam conpererat lege communi, scribens ad Caesarem blandius adiumenta paulatim illi subtraxit, sollicitari se simulans ne, uti est militare otium fere tumultuosum, in eius perniciem conspiraret, solisque scholis iussit esse contentum palatinis et protectorum cum Scutariis et Gentilibus, et mandabat Domitiano, ex comite largitionum, praefecto ut cum in Syriam venerit, Gallum, quem crebro acciverat, ad Italiam properare blande hortaretur et verecunde.

Batnae municipium in Anthemusia conditum Macedonum manu priscorum ab Euphrate flumine brevi spatio disparatur, refertum mercatoribus opulentis, ubi annua sollemnitate prope Septembris initium mensis ad nundinas magna promiscuae fortunae convenit multitudo ad commercanda quae Indi mittunt et Seres aliaque plurima vehi terra marique consueta.

black pumpkin




Derrière l'écran
Pseudo : Tom mais Jo ça me va aussi
Âge : vieux, très vieux, je commence à me faire des ch'veux blancs !
Pays : France
Fréquence de connexion : Every day of course.
Inventé ou scénario : Inventé
Nous autorises-tu à le remettre en jeu ? N'exagérons pas !
Commentaires : Viendez nombreux !
black pumpkin
avatar
Messages : 186
Date d'inscription : 03/12/2013


Qui es-tu ?
Age du perso :: 50
Métier :: Leader du Sanctuaire et Passeur
Localisation:
Voir le profil de l'utilisateur
Leader du Sanctuaire
MessageSujet: Re: Joel le passeur Ven 30 Déc - 7:39
Joel Miller

Mon passé me rattrape...




Né dans une petite ville du Texas, il y a une cinquantaine d’années, j’y ai vécu jusqu’à ce que Tommy, mon jeune frère et moi décidions de quitter nos parents pour vivre la grande aventure. Et ce n’était pas très difficile. Nos fréquentations de l’époque, surtout celles de Tommy, n’était guère respectables et l’envie d’aller voir ailleurs ce qu’il s’y passait nous a vite rattrapé. Faut dire aussi que notre père n’était pas un de ces hommes content d’avoir deux fils. Pour lui, nous n’étions que deux bouches supplémentaires à nourrir qui l’empêchaient de boire tout son salaire et bien évidemment, les raclées allaient de paires avec les humiliations qu’il nous faisait subir. Aucun avenir ne s’offrait à nous pourtant, je voulais devenir chanteur et avec mon petit job après les cours à l’épicerie du coin, j’ai même pu m’acheter une guitare… Un rêve de gosse détruit rapidement un soir où notre père est rentré dans un état proche du coma… Donc vers 16 ans, j’ai attrapé mon petit frère par le col de sa chemise et on s’est fait la belle.

Moins d’un an plus tard, je devenais père. Ma copine de l’époque, la mère de Sarah, n’a pas voulu assumer notre enfant et m’a planté là, avec le bébé dans les bras. Alors finis les conneries, j’ai dû subvenir aux besoins de ma famille. Heureusement, je pouvais compter sur Tommy qui ne s’est jamais éloigné de moi. A croire qu’il gardait toujours un œil dans ma direction. Nous avons emménagé du côté d’Austin et j’ai fais tous les petits boulots possibles et inimaginables afin de subvenir à nos besoins. Et on s’en est toujours sorti… J’ai appris un métier, celui de charpentier et j’ai travaillé dur pour que ma fille ne manque de rien…La tête haute et fier comme un roi. Bon d’accord, je ne compte pas les heures passées sur les chantiers ou sur les routes à faire des livraisons pour quelques dollars mais je voulais offrir une vie confortable à Sarah et devenir mon propre patron. Rien n’était trop bien pour nous… A la moindre occasion et dès que je le pouvais, on voyageait avec ma fille ou on allait faire des randonnées avec Tommy, parfois on se payait des matchs de foot au stade d’Austin, dans une belle tribune…  A nous trois, on formait une vraie famille. Et rien ne nous séparerait… Et il y a eu la nuit du 26 septembre, le soir de mon anniversaire… cette nuit là, ma vie s’est arrêtée quand Sarah est morte dans mes bras.


Ma vie d'aujourd'hui...

Depuis, j’ai suivi le mouvement. Tommy et moi on s’est rendu dans la zone de quarantaine la plus proche puis on nous a transféré à Boston qui était une ville soi-disant plus sûre. Durant des mois, j’ai voulu mourir mais la mort m’a évité… J’ai pris soin de Tommy qui avait intégré les lucioles mais du jour au lendemain, ce dernier est parti, prétextant qu’il avait besoin de vivre sa vie. Moi j’ai survécu.

De petits boulots honnêtes en dégringolades, j’ai vite compris qu’à Boston comme dans beaucoup de zones de quarantaine, pour s’en sortir et manger à sa faim, il faut rendre service. Alors je suis devenu un passeur. Tantôt pour les gens, tantôt pour les armes ou la drogue, parfois pour de la nourriture. J’ai même trouvé une associée, Tess, avec qui j’ai vécu un certain temps. Et le temps, on en a eu durant ces vingt dernières années… Elle et moi on fonctionnait bien, l’un assurant les arrières de l’autre, l’autre trouvant quelques contrats afin que ça nous rapporte. Jusqu’au jour où on a dû accepter d’emmener une gamine en dehors de la ville. Les lucioles ou plutôt leur chef de l’époque, Marlène, tenait à faire sortir la gamine de la mauvaise influence que Boston pouvait représenter.

Dès le départ,  j’ai senti le coup fourré mais Tess nous avait foutu dans le pétrin en tuant un intermédiaire et on devait s’acquitter de cette « mission » si on voulait revoir nos armes… Tu parles, les lucioles savaient que jamais on en sortirait vivant, c’était une mission suicide. Et pourtant… Tess y a laissé sa peau, contaminée par des infectés. Et moi… moi je me suis retrouvé à marcher au travers du pays, d’est en ouest pour amener cette gosse, Ellie, qui était une exception de la nature.

Contaminée, elle ne s’est pas transformée. Non, elle était ce qu’on appelle immunisée. Pourquoi, comment, j’en savais fichtre rien mais elle représentait l’espoir de notre humanité. Et durant ce voyage, j’ai failli crever cent fois et cent fois je me suis relevé. Grâce à Ellie qui m’a donné la force de continuer comme Sarah le faisait. Elle n’est pas ma fille mais je me suis attaché à elle. Et nous sommes arrivés ensemble au bout du voyage…

J’ai appris qu’elle devait être sacrifiée et je n’ai pas accepté cette situation. Je ne lui ai rien dit et je l’ai sortie de là, la ramenant près de Tommy. Depuis mon mensonge s’est transformé en réalité. D’autres condamnés survivent malgré la morsure d’un rôdeur. Alors Ellie m’a demandé de l’aider à les sauver. D’abord réticent, j’ai fini par accepter et depuis, nous avons ouvert le sanctuaire à Plymouth, la ville qui a vu les pèlerins du MayFlower débarquer. Tout un symbole…. On y a construit une communauté avec l’aide de Tommy et des siens et on sauve ce qui peut être sauvé. Mais ce n’est pas simple tous les jours, j’en suis conscient. Je sais qu’on veut nous faire la peau, je sais que les lucioles veulent me tuer. Mais peu m’importe, je revis aujourd’hui. Grâce à Ellie et ses espoirs.

black pumpkin
avatar
Messages : 186
Date d'inscription : 03/12/2013


Qui es-tu ?
Age du perso :: 50
Métier :: Leader du Sanctuaire et Passeur
Localisation:
Voir le profil de l'utilisateur
Leader du Sanctuaire
Joel le passeur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» SA SE POU JOEL
» VOICI UNE TRES BONNE OPPORTUNITE POUR MARC , MALICE ET JOEL COMME INVESTISSEURS
» Dedie a Joel/Voodoo music study makes Vatican Library
» A l'attention de mon ami joel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The last of us :: Par où tout a commencé :: Premiers Signes de vie :: - Dossiers Validés --
Sauter vers: